Volet 2 : accès aux médicaments essentiels de qualité

Le Projet d’Appui à la Redynamisation du Secteur de la Santé Ivoirien a, dans sa composante « Pharmacie et médicament », axé son intervention sur une approche assez inédite, puisque systémique.

En effet, ce projet, au travers notamment d’une assistance technique long terme, contribue au renforcement des 3 piliers du système national pharmaceutique (SNP), à savoir :

  1. la réglementation pharmaceutique au travers de la Direction de la Pharmacie, du Médicament et des Laboratoires (DPML),
  2. la régulation pharmaceutique au travers de la DPML et du Laboratoire National de Santé Publique (LNSP)
  3. et enfin, les approvisionnements en produits de santé au travers de la Nouvelle Pharmacie de la Santé Publique (Nouvelle PSP) et du Programme National pour le Développement de l’Activité Pharmaceutique (PNDAP).

Après avoir fortement soutenu la réforme de la centrale d’achats nationale (novembre 2013), notamment par la modification de ses statuts juridiques octroyant une autonomie administrative et financière, ayant conduit à la création de la Nouvelle PSP, l’Union européenne, consciente que le système d’approvisionnement ne sera performant que si existe un mécanisme de régulation pharmaceutique fort et efficient, plaide pour une réforme de l’Autorité Nationale de Réglementation Pharmaceutique.

Au terme d’un processus de 12 mois, et avec l’appui  de 3 consultants, ce sont des projets de Loi et Décret qui sont soumis à l’appréciation du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique pour la création  d’une Autorité Ivoirienne de Régulation Pharmaceutique (AIRP), selon un statut d’Autorité Administrative Indépendante.

Dans l’immédiat, ce projet aura permis notamment (i) de contribuer au leadership de la DPML dans le SNP, par la mise en place d’un cadre de concertation entre les 4 Institutions citées ci-dessus, et par le développement d’un partenariat renouvelé en vue de la mobilisation de ressources, (ii) de proposer un cadre juridique, organisationnel et fonctionnel à la future AIRP, (iii) d’accompagner le Laboratoire de Contrôle du Médicament (LCM) du LNSP dans le processus de préqualification OMS notamment par le renforcement du Système de Management de la Qualité, et enfin (iv) d’améliorer les performances de la Nouvelle PSP, notamment pour rendre disponible et accessible des produits de santé de qualité.

Les activités à haut impact mises en œuvre dans le cadre de ce projet le sont en parfaite synergie avec les interventions des autres Partenaires Techniques et Financiers (PTF). A cet effet, un Groupe Technique de Travail, focus médicament, a été créé au sein du Groupe Sectoriel Santé des PTF, piloté par l’OMS.

Enfin, l’impact du projet sur le SNP ne sera probant que si celui ci s’inscrit dans une vision d’intégration africaine, plus particulièrement au niveau des communautés régionales que sont l’UEMOA et la CEDEAO. Le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire s’inscrivant dans une stratégie de développement devant conduire à l’émergence à l’horizon 2020, les Institutions bénéficiaires du projet ont adopté une stratégie pour devenir des centres d’excellence dans leur domaine respectif, à moyen terme.