Volet 1 : Approche sectorielle et renforcement institutionnel

Le volet 1 s’intègre dans la logique de décentralisation et de contractualisation choisie par l’Etat ivoirien. Le MSHP souhaitait renforcer le cadre contractuel du secteur privé – avec ou sans but lucratif – ainsi que les outils de contrôle et de coordination de l’ensemble des unités de prestation de soins et de services.

L’appui au MSHP devait améliorer la capacité à définir et à mettre en œuvre ses politiques sanitaires et à coordonner le secteur de la santé, dans le sens de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et d’une approche sectorielle plus efficiente à travers des mécanismes forts de coordination, d’alignement sur les priorités nationales et de redevabilité.

Ce volet a permis déjà de disposer d’un document de politique sur la contractualisation au niveau du secteur de la santé. Au travers de ce document, le Ministère en charge de la santé définit les grandes orientations de sa politique en matière de contractualisation dans le cadre de la bonne gouvernance du secteur de la santé.

La politique nationale de contractualisation permettra d’amener tous les acteurs à collaborer à la mise en œuvre de la politique de santé en leur proposant d’entrer en relations contractuelles avec les autres acteurs ainsi qu’avec l’administration sanitaire ; de mobiliser davantage de ressources tant humaines que financières pour la santé des populations. Parce qu’elle vise à renforcer la performance du système de santé, cette politique de contractualisation cherche à ce que les relations contractuelles aient un impact positif sur la santé des populations. Ce précieux outil sectoriel définit un nouveau cadre opérationnel pour les relations entre les partenaires et les différents prestataires nationaux de services de santé ainsi que l’administration sanitaire.

L’appui institutionnel a permis de valider le projet de décret portant sur la réforme hospitalière, ainsi que le plan de mise en œuvre de la phase pilote de cette réforme. Ce résultat est l’aboutissement de trois séries d’appui que le PARSSI apporte au MSHP dans le cadre de la réforme institutionnelle engagée dans le secteur de la santé avec le PARSSI. La préparation de cette loi portant réforme hospitalière s’est traduite par l’adoption par le secteur de la santé, du document de Stratégie nationale de la réforme hospitalière en Côte d’Ivoire. L’autonomie de l’hôpital, ou davantage d’autonomie pour les hôpitaux, y est présentée comme une solution indispensable à l’amélioration du système de santé et il est incontestable que cette voie puisse être porteuse d’amélioration de la prestation et de l’offre de soins hospitaliers au profit de la population des mères et des enfants et en particulier les plus pauvres. La réhabilitation des hôpitaux du PARSSI en équipements biomédicaux et en ambulance médicalisées sont en prélude à la mise en œuvre opérationnelle de cette réforme qui aura un haut impact sur la qualité des soins et sur l’offre de service publique.

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique est engagé avec l’appui du PARSSI, dans le processus d’élaboration du PNDS 2016-2020qui s’inscrit dans la volonté du Gouvernement d’aller à l’émergence à l’horizon 2020. Ce instrument PNDS qui sert de boussole au secteur de la santé a permis d’arriver à un consensus sur l’établissement des priorités nationales et la définition des interventions pertinentes pour le développement du secteur pour un système de santé performant, intégré, responsable et efficient,  garantissant à toutes les populations vivant en Côte d’Ivoire en particulier les personnes les plus vulnérables, un état de santé optimal pour soutenir la croissance et le développement durable du pays vers l’atteinte de l’émergence en 2020.

Six principaux hauts impacts sont attendus à la fin de la mise en œuvre de ce PNDS :

Impact 1: La Gouvernance  du secteur de la santé est renforcée à tous les niveaux de la pyramide sanitaire

Impact 2: Le financement interne et externe du système de santé est amélioré

Impact 3 : L’offre de service de qualité est disponible et l’utilisation est augmentée

Impact 4: La morbidité et la mortalité liées aux principales maladies sont réduites d’ici 2020

Impact 5 : La santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant, des adolescents et des jeunes est améliorée d’ici 2020

Impact 6 : La prévention et la promotion de la santé sont renforcées